Minsk - La Bibliothèque nationale



Le lendemain matin, je me rendis à la Bibliothèque nationale pour démarrer les investigations. De la station de métro Plostchad Pobedy, la ligne bleue m’emmena à la station Vostok située à proximité de la bibliothèque. Dès la sortie du métro, on aperçoit le bâtiment surnommé par les Minskois « le Diamant ». L’imposant édifice, un bâtiment circulaire surmonté d'un polyèdre complexe, a été inauguré courant 2006.
Le quartier de la bibliothèque est récent et la construction de nouveaux immeubles d’habitation se poursuit. Minsk possède un formidable pouvoir d’attraction sur les populations rurales et citadines des autres villes du pays. Les campagnes se dépeuplent progressivement et la capitale ne cesse de s’étendre par des quartiers périphériques nouveaux. Un phénomène universellement connu qui se répète depuis des décennies sur tous les continents mais qui ici est régulé par l’état.
Arrivé dans le vaste hall d’entrée, je passai au guichet pour m’inscrire. En quelques minutes la préposée me délivra une carte magnétique avec ma photo scannée à partir du passeport. Je devins ainsi le lecteur n° 107492 de la Bibliothèque nationale de Biélorussie. Le bâtiment présente plusieurs niveaux avec différentes salles de lecture, salles de conférence, des espaces dédiés à l’art et à la musique, un restaurant, tous situés en périphérie extérieure d’un couloir circulaire. Au centre se trouve un immense espace dédié aux demandes d’ouvrages. J’étais un peu désorienté mais une sympathique étudiante me servit de guide le temps de trouver mes repères.
C’est confortablement installé au fond de la salle de lecture réservée aux diplômés de l'enseignement supérieur, juste en face des rayonnages que j’entrepris de feuilleter la pile de livres que j’avais sélectionnés. L’endroit est agréable, le calme qui y règne propice au travail. L’ambiance est d’autant plus bonace qu’en cette période de vacances d’été Minsk se vide de sa population estudiantine jusqu’à la rentrée de septembre.
J’espérais trouver une carte détaillée de la ligne de front de 1916, avec des indications de position des régiments allemands ou toute information permettant de reconstituer les événements survenus. Bien vite, je me rendis compte qu’il s’agissait d’un travail de longue haleine et après une deuxième matinée passée à éplucher une quantité impressionnante d’ouvrages et à demander toutes sortes de cartes je dus me rendre à l’évidence. Je ne trouverai pas le document convoité ici. Les ouvrages disponibles sont trop généralistes ou destinés à l’enseignement. Ceux dédiés à la voblast de Grodno couvrent une période trop vaste allant de l’apparition des premières tribus protoslaves à la fin de l'Antiquité jusqu’à la fin du XXe siècle. Mes recherches n’étaient pas efficaces et tant bien même elles l’auraient été, je n’étais pas assuré que la bibliothèque était en possession des informations. Pourtant lors de la Première Guerre mondiale le quartier général des armées impériales russes était basé à Minsk mais sitôt la paix signée, tout avait dû être rapatrié à Moscou. Finalement, la solution n’était-elle pas de me rendre sur place, soit aux archives à Moscou, soit sur le théâtre même des opérations dans la voblast de Grodno ?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Minsk

Pripiat, le parc d'attraction (5)

Smorgon