Lida - J2



Le lendemain, je remontai à pied Oulitsa Sovietskaya, l’artère centrale de Lida. En partant de l’hôtel on passe une église sur la droite, puis l'école pour enfants des Beaux Arts sur la gauche.
Au bout de l’avenue, je bifurquai à droite et j’arrivai une centaine de mètres plus loin au lac artificiel dont une partie du rivage a été aménagé pour l'agrément et la baignade. Le temps était au beau fixe depuis mon arrivée à Lida, et de nombreuses familles s’adonnaient aux joies de la baignade, les enfants jouant au ballon pendant que les parents prenaient un bain de soleil sur la plage de sable. Sur le plan d’eau quelques barques fendaient les eaux plates. A côté de la plage, un coin de forêt aménagé en promenade, avec des allées bordées de marches disjointes en béton et des bancs aux lattes tordues par les rigueurs du climat, accueillait quelques rares promeneurs.
Lida est une ville qui donne l’impression d’avoir souffert d’hypertrophie lors de la période soviétique et puis la faillite du système communiste l’a laissée sombrer dans un état de lente dégénérescence. Sans doute la ville n’aurait pas réussi à maintenir son outil industriel entrainant un retard à la modernisation.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Minsk

Pripiat, le parc d'attraction (5)

Arrivée à la centrale nucléaire de Tchernobyl (3)